The Big 5

Dear Fellow Liberals:

A year ago, I was knocking on doors in my home riding with a team of young volunteers. We were working hard. I was on the media lists of “races to watch” as I faced a star Conservative candidate, Toronto’s deputy mayor.

On 7 June 2018, our hard work paid off.

I was honoured to be one of just seven Liberal MPPs returned to the Legislature but it was a  sobering evening.

It’s been a long year, and since then, I’ve had a chance to reflect, to think about what went wrong and how we can do better, to be proud of what we did well, and am growing increasingly concerned with what Premier Doug Ford is doing to our province.

I will not pretend that this year wasn’t hard.

It was.

Doug Ford is launching assault after assault on environmental protections, municipal democracy, children and youth, class sizes, health-care services—it feels like every week, he’s opening a new attack on something we cherish.

I firmly believe that the vital work of defeating Doug Ford begins now, within our own party. If we want a good government, we need to build a good party. For me, that means more than simply rebuilding what we had before. We need to transform our party into a modern and progressive political movement. We need to earn people's’ trust. We need to model the type of open, modern and inclusive government we would run.

I’m sharing this discussion paper in advance of the Ontario Liberal Party Annual General Meeting being held in Mississauga this June. I hope it is reviewed and debated by party members.

These ideas are based on what I’ve heard in coffee shops and small meeting halls all across the province.

Losing government is a chance to renew and reform. It’s a chance to ask tough questions and be bold in proposing solutions. In this document, it is my aim to do just that with a focus on Five Big Questions, and it is my hope that we can come together as a party to chart the path forward.

This is our chance to build a new and modern party.

As we build, I look forward to hearing your ideas.

Thank you for your consideration.

Yours,

Michael Coteau MPP

 

THE BIG 5       LE 5 GRANDS

 

12 avril 2019

Chers collègues libéraux:

Il y a un an, je frappais à la porte dans ma circonscription avec une équipe de jeunes bénévoles. On travaillait dur. J’étais sur les listes des médias de «courses à regarder», contre un candidat conservateur étoile, le maire adjoint de Toronto.

Le 7 juin 2018, notre dur labeur a payé.

J’ai été honoré d’être l’un des sept députés libéraux renvoyés à l’Assemblée législative. Mais c’était une soirée aigre-douce.

C’est une longue année depuis, une occasion de réfléchir, de penser à ce qui a mal tourné et comment nous pouvons faire mieux, d’être fiers de ce que nous avons bien fait, et d’être en colère contre ce que le premier ministre Doug Ford fait à notre province.

Je ne prétends pas que cette année n’a pas été difficile.

C’était.

Pire que tout, Doug Ford lancement assaut après agression sur les protections environnementales, la démocratie municipale, les enfants et les jeunes, les tailles de classe, les services de soins de santé—il se sent comme chaque semaine, il ouvre une nouvelle attaque sur quelque chose que nous chérissons.

Je crois fermement que le travail vital de vaincre Doug Ford et de défaire les dégâts qu’il commence maintenant, au sein de notre propre parti. Si nous voulons un bon gouvernement, nous devons bâtir un bon parti. Pour moi, c’est plus que simplement reconstruire ce que nous avions avant. Nous devons transformer notre parti en un mouvement politique moderne et progressiste. Nous devons gagner la confiance des peuples. Nous devons modéliser le type de gouvernement ouvert, moderne et inclusif que nous courrons.

Je partage ce document de discussion avant notre Assemblée générale annuelle à Mississauga en juin. J’espère qu’elle sera examinée et débattue par les membres du parti dans toute la province.

Ces idées sont basées sur ce que j’ai entendu dans les cafés et les petites salles de réunion avec les membres.

Perdre le gouvernement est une chance de renouveler et de réformer. C’est une chance de poser des questions difficiles et d’être audacieux dans la proposition de solutions. Dans ce document, je vais faire juste cela, en se concentrant sur cinq grandes questions, et j’espère que nous pourrons nous réunir en tant que partie pour tracer la voie à suivre à l’AGM en juin.

C’est notre chance de construire un nouveau parti moderne. Comme nous construisons, j’ai hâte d’entendre vos idées. 

Merci de lire.

Le vôtre,

Michael Coteau, député provincial